J’avais déjà évoqué leur existence dans le message sur « la fin des dinosaures : mensonge d’état » que seuls quelques happy few ont eu la chance de lire (rapport au fait que ça collait mal avec le reste des messages sur l’anpe, toussa), il est temps maintenant de vous révéler ce mystérieux phénomène que sont "les vagues scélérates". Tatatataaaaaam.

Les vagues scélérates, c’est un truc que les marins racontent depuis des siècles, sauf qu’on les a jamais crus sauf  jusqu’à y’a pas longtemps (construction de phrase libre, le français est une langue vivante qui se réinvente chaque jour).

En gros, les marins, quand ils étaient dans les bars le soir à gueuler « du rhum des femmes et d’la bière nom de dieu » et à bouffer des frites dans le port d’Amsterdam, des fois ils racontaient qu’ils avaient failli finir noyés à cause d’une espèce de grande vague, aussi grosse que les plus gros bateaux de l’époque et que c’était complètement fou, que plein de bateaux remplis d’or avaient coulé avec tout leur équipage à cause de ça. A l’époque, reconnaissons-le, on les croyait moyen. Déjà parce que les marins dans les bars, niveau crédibilité on a connu mieux. Il est prouvé grâce à des tests hautement scientifiques que quand un marin entre dans un bar, le taux moyen d’alcoolémie de celui-ci augmente d’en moyenne 2,7 gr/l. Et puis le coup des bateaux remplis d'or on nous l'a déjà fait, en général on tombe sur 3 amphores et une boussole, bonjour la déception.

En plus, leurs histoires de cachalots géants et de bonnes femmes à queue de poisson, franchement, ça n’a jamais aidé à leur faire confiance à fond (sauf si votre consommation de rhum est inhabituellement élevée et que vous êtes influençable) ou alors il faut avoir 5 ans. Et avoir bu. Et être influençable. Et autant vous dire que les enfants influençables ça commence à devenir rare. Enfin bref, le coup d’une vague géante, franchement, c'était bien sympa mais ça cassait pas 3 pattes à un canard. Rapport au fait que ben oui, en mer, y’a des vagues, et c’est pas parce qu’on n’est jamais allé vers le Cap Horn qu’on est complètement ignare, ils ont une façon de te raconter des trucs, des fois, j’vous jure, à croire qu’ils ont tout vu et tout fait… Donc, oui, en mer, il y a des vagues, voire mêmes de très grosses vagues quand il y a du vent et qu’on est à Biarritz. Ou à Sète et qu'on a bu et qu'on est influençable en plus d'avoir 5 ans. Bref, les vagues, c’est comme qui dirait une composante de base de l’élément marin, avec les algues, les embruns et les mouettes insupportables. Et les trucs visqueux à tentacules. Ah oui, et l'eau salée.

 

Mais quand on leur disait ça aux marins, ils s’énervaient et en vous projetant leur crochet en acier qui leur sert de main sous l’œil vous assènaient un « Non, moi je te parle d’une graaaaande vague, une vague qui arrive toute seule, sans raison et qui te détruit un navire, matelot, hissez ho ! ».

Que pouvons-nous conclure de tout cela ? D’une part, qu'il est assez naïf de croire que tous les marins ont des crochets à la place des mains, rapport au fait que pour tirer sur les cordages ou barrer le navire ça doit pas être hyper pratique. D’autre part que tous les marins ont une façon bien à eux de conclure leurs phrases, qui est un peu pittoresque mais qui manque de naturel, enfin c'est un avis personnel.

Enfin, que cette histoire de vague traitresse c’est encore un truc qu’ils avaient pour se la ramener et piquer toutes les morues intéressantes du bar.

 

Pendant bien longtemps, on a donc réduit cette histoire de vague à une private joke entre marins qui, c’est bien connu, ne sont pas les derniers pour la déconne, quand l’un d’entre eux manquait à bord c’est qu’il était mort. Mais c’est un autre sujet.

 

OR, et j’attire votre attention sur le fait que j’ai écrit « or » en majuscules, il se trouve que les vagues dont parlaient les marins existent et qu’elles ont un nom qui claque, mais franchement, niveau marketing on sent qu’ils ont bossé le truc : ça s’appelle les Vagues Scélérates.

 

Scélérates, je sais pas pour vous mais moi ça m’évoque de suite les traitres, les comploteurs, les Iznogoud qui vous font des crochets dans les jambes quand vous avez les bras chargés de paquets, voire les profs de lettres d'hypokhâgne mais je m'égare, bref ça évoque les trucs vicieux. Eh ben c’est exactement ça.

Une vague scélérate, c’est une vague qui arrive comme ça, sans raison, qui peut faire jusqu’à 30 mètres de haut et fracasser un navire géant comme si c’était une brindille, bref, c’est plus fort que Superman parce qu’en plus d’être fort, eh ben c’est vicieux. Et Superman n'est pas vicieux. Il aime les collants serrés, c'est tout.
Si on fait comme tout le monde et qu’on cite Wikipedia, on pourra découvrir que « les vagues scélérates se forment sans raison évidente. Elles sont souvent décrites comme un mur d'eau qui vient heurter le navire, contrairement aux vagues « normales » qui montent en pente relativement douce, permettant aux navires de passer par dessus. Des vagues scélérates ont été observées dans tous les océans du monde, qu'il y ait ou non des courants importants en surface. Les vagues scélérates peuvent atteindre des hauteurs de plus de 30 mètres et des pressions phénoménales. Ainsi, une vague normale de 3 mètres de haut exerce une pression de 6 tonnes/m². Une vague de tempête de 10 mètres de haut peut exercer une pression de 12 tonnes/m². Une vague scélérate de 30 mètres de haut peut exercer une pression allant jusqu'à 100 tonnes/m². Or, aucun navire n'est conçu pour résister à une telle pression. » Vous avouerez que c'est quand même mal conçu, un bateau, moi j'ai jamais eu confiance en un truc qui flotte, de toute façon.

Attention, contrairement à ce que pourraient avancer les esprits chagrins, la vague scélérate n’est PAS un tsunami. Elle apparaît en pleine mer et n’est pas le résultat d’un séisme ou quoi que ce soit. Pour tout vous dire, je n’ai pas bien compris comment ça se formait et très honnêtement, les scientifiques non plus. En tous cas ils ne sont pas d’accord, comme d’hab’, quoi. De toute façon, ils n’avaient qu’à croire les marins au lieu de faire leurs scientifiques, à grands coups de « mais enfin, on en aurait entendu parler, avec des sources vérifiables que diantre ! » parce que les marins l’avaient dit, y’avait qu’à les écouter. Quand on avait 5 ans. Et qu'on avait bu. Et qu'on était influençable.

En tous cas, depuis qu’ils s’y sont intéressés ils ont découvert le phénomène dit des « trois sœurs ». Il s'agit de trois vagues scélérates successives, ce qui est plutôt vicieux, parce que si un bateau peut résister à une vague scélérate, à deux vagues scélérates pour une valeur de cent soixante mille francs Maryse, il ne peut pas résister à trois vagues, ce qui est dommage, je trouve, ça manque de panache…

Par contre, en ce qui concerne les femmes-poissons et les cachalots géants où on peut vivre dedans, je crois que c’est des conneries.